Retrospective 2012

L’année dernière, je vous ai proposé 2011 en 33 disques.

Voici 2012 en 50 disques. 2012 ne m’a pas laissé assez de temps pour fouiller et creuser, du coup j’ai l’impression que c’est un peu plus “standard” que l’année dernière. Je me lancerai donc bientôt à la recherche des pépites 2012 que j’ai laissé de côté… Ceci n’est pas un classement à prendre trop sérieusement, si je le refaisais dans dix jours, il serait encore différent. Rien de définitif donc, mais les manies autistiques sont persistantes et il est pratique pour moi de lister les choses. Tous les ans, les mêmes histoires/polémiques sur les tops, les anti-tops, etc. mais dans le fond, le plus cool c’est que ça nous permette d’échanger, découvrir ou reconsidérer certaines sorties. Et vous, qu’avez écouté ? Allez, bisous.


image
#50 Guenter Schlienz - Tape Studies (SicSic)
musique pour discuter avec Sylvia Monnier.

image
#49 Heathered Pearls - Loyal (Ghostly)
musique pour tes enfants.

image
#48 Bear In Heaven - I Love You, It’s Cool (Dead Oceans)
musique bariolée à écouter entre amis (si vous en avez).

image
#47 Holly Herndon - Movements (RVNG Intl.)
musique d’aujourd’hui pour penser à demain.

image
#46 Sylvia Monnier - Never More Camellias (Cosmic Winnetou)
musique pour faire corps avec la bande.

image
#45 Dirty Three - Towards the Low Sun (Drag City)
musique folklorique désertique australienne, parce que.


#44 Four Tet - Pink (s/t)
musique pour une mise en abîme du dancefloor.

image
#43 Willits + Sakamoto - Ancient Future (Ghostly)
musique pour faire des siestes dans le Morvan en pensant aux Ancient Aliens.

image
#42 The Haxan Cloak - "…The Man Parted the Sea to Devour the Water" (Southern)
musique pour faire des siestes dans les Alpes et se réveiller par une montée d’angoisse.

image
#41 Hervé Moire - Mirage de Loire (Aposiopèse)
musique pour le verseau et le poisson qui sont en moi (Madame Soleil, aidez-moi).

image
#40 Lambchop - Mr. M (Merge/City Slang)
musique de Nashville pour me raconter des histoires au coin du feu.

image
#39 Sun Hammer - A Dream In Blood (Future Sequence)
musique pour dormir dans le salon de Yoann & Sébastien.

image
#38 Leonardo Rosado - The Blue Nature of Everyday (s/r)
musique pour faire des siestes chez Chloé quand elle est à Berlin.

image
#37 Coppice Halifax / Subermersion - Dilate / Erode (Milieu)
musique monolithique en reconversion, pour les longues marches d’hiver.

image
#36 Dirty Projectors - Swing Lo Magellan (Domino)
musique populaire brillante et agaçante pour écouter dans le train le long de l’Hudson.

image
#35 Bonnie ‘Prince’ Billy - Now Here’s My Plan (Drag City)
musique pour célébrer mon amour pour Will.

image
#34 Angel Olsen - Half Way Home (Bathetic)
musique pour tomber amoureux d’un ange du Missouri.

image
#33 People Get Ready - People Get Ready (Brassland)
musique gentille et généreuse, pour faire la fête dans un entrepôt à Brooklyn.

image
#32 Taylor Deupree - Faint (12k)
musique pour coma volontaire.

image
#31 The Contortionist - Instrinsic (Good Fight)
musique pour mon pick-up, quand je serai énorme.

image
#30 Radere - I’ll Make You Quiet (Future Sequence)
musique pour dormir chez Vivian & Virginie parce que je n’ai pas de maison.

image
#29 Attilio Novellino - Through Glass (Valeot)
musique pour dormir chez Raoul & Karen lorsqu’ils ne sont pas là.

image
#28 Paul Corley - Disquiet (Bedroom Community)
musique pour savourer la matière.

image
#27 Cat Power - Sun (Matador)
musique pour mes vacances en bateau et méhari chez Benoît, Marie & Anna.

image
#26 Simon Scott - Below Sea Level (12k)
musique pour les petits oiseaux et une nuit tout seul à la Villa Tamaris.

image
#25 Meshuggah - Koloss (Nuclear Blast)
musique pour faire un peu d’exercice, façon suédoise.


#24 Suaves Figures - Nouveaux Gymnastes (Sangoplasmo)
musique pour me promener en chaussettes dans l’avion.

image
#23 L A N D - Night Within (Important)
musique pour la ville, la nuit (pas celle de Bohringer, l’autre).

image
#22 Jessie Ware - Devotion (Island)
musique pour ceux qui n’ont pas vécu la grande époque de Sade.

image
#21 Actress - R.I.P. (Honest Jon’s)
musique pour grignoter ton être avec amour, jusqu’à la mort.

image
#20 Silent Servant - Negative Fascination (Hospital)
musique pour danser la décadence, seul, dans le noir.

image
#19 Andy Stott - Luxury Problems (Modern Love)
musique pour me balader dans la ville de l’amour fraternel par temps maussade.


image
#18 Oren Ambarchi & Robin Fox - Connected (Kranky)
musique pour danser avec les lasers et/ou dormir chez Philippe & Claire.

image
#17 Mike Wexler - Dispossession (Mexican Summer)
musique folklorique tranquille, légèrement acidulée, pour prendre la route.

image
#16 Swans - The Seer (Young God)
musique pour l’espoir d’être aussi beau et vif dans 30 ans.

image
#15 Heiner Goebbels - Stifters Dinge (ECM)
musique pour aller nager dans une piscine désaffectée et discuter avec Lévi-Strauss.

image
#14 Kayo Dot - Gamma Knife (Antithetic)
musique pour la messe de mon église progressive (Church of Fachien).

image
#13 Mothlite - Dark Age (Kscope)
musique pour lorsque Tears for Fears ne fait plus son boulot.

image
#12 Haleek Maul - Oxyconteen (Merok)
musique pour lorsque les vieux briscards ne font plus leur boulot.

image
#11 Converge - All We Love We Leave Behind (Deathwish)
musique émotionnelle adulte pour adolescent progressif.

image
#10 Periphery - II (Sumerian)
musique émotionnelle adolescente pour adulte progressif (pour la maison d’Oullins).

image
#09 Oren Ambarchi - Saggitarian Domain (Mego)
musique qui sait prendre son temps et prendre mon pied.

image
#08 Alexander Tucker - Third Mouth (Thrill Jockey)
musique folklorique anglaise pour les funérailles joyeuses d’un hippocampe.

image
#07 Matthew Dear - Beams (Ghostly)
musique populaire charismatique désinhibante et brillante.

image
#06 Duane Pitre - Feel Free (Important)
musique pour lévitation contemporaine.

imageimage
#05 Kane Ikin - Sublunar / Contrail EP (12k)
musique pour me faire rêver, dans tous les sens du terme.

image
#04 Mount Eerie - Clear Moon (P.W. Elverum & Sun)
musique folklorique nord pacifique américaine pour mon côté nuit.

image
#03 Orcas - Orcas (Morr)
musique folklorique nord pacifique américaine pour mon côté jour.

image
#02 The Invisible - Rispah (Ninja Tune)
musique populaire élégante, simple, addictive, pour écouter dans le bureau de Clément.


#01 Oren Ambarchi - Audience of One (Touch)
musique pour être numéro un dans mon top et dans mon coeur, juste pour “Salt” (meilleure chanson de l’année) et “Knots” (une des plus belles pièces d’Ambarchi).


Le reste du top (ouais, il y a au moins une centaine de trucs…).

____
10 meilleurs concerts 2012 :
Matthew Dear
@ Webster Hall, NYC
Alva Noto / Byetone @ Gaité Lyrique, Paris
Chelsea Wolfe @ Sonic, Lyon
Duane Pitre @ Sonic, Lyon
Dirty Three @ Epicerie Moderne, Feyzin
Mount Eerie @ Epicerie Moderne, Feyzin
Roly Porter @ Gaité Lyrique, Paris
Phill Niblock + Arne Deforce @ Musiques en Scène 2012, Lyon
Year of No Light @ Denovali Swingfest, Essen
Achim Mohné @ Denovali Swingfest, Essen
Christina Vantzou & Quartet @ Espace en cours, Paris
——-
Lecture hautement recommandée :
"Will Oldham on Bonnie ‘Prince’ Billy edited by Alan Licht"
——-
Film hautement recommandé :
Tabu de Miguel Gomes… Je ne l’ai vu qu’il y a une semaine mais je n’ai pas vu beaucoup de films de 2012… Et il est superbe. Donc voilà.

Archives de playlists (Avril 2008 - Avril 2010)




Janvier -> Avril 2010

 A Silver Mount Zion - Kollaps Tradixionales (2010, Constellation)
American Football - American Football (1999, Polyvinyl)
Brian Eno - Ambient Music 4 : On Land (1982, EG)
Converge - Axe To Fall (2010, Epitaph)
Danny Paul Grody - Fountain (2010, Root Strata)
Dillinger Escape Plan - Option Paralysis (2010, Season of Mist)
Fennesz Sakamoto - Sala Santa Cecilia (2005, Touch)
Foals - Total Life Forever (2010, Transgressive)
Four Tet - There Is Love In You (2010, Domino)
Hervé Boghossian - Mouvements (2004, Raster-Noton)
Infinite Body - Carve Out The Face of My God (2010, PPM)
Jim O’Rourke - All Kinds of People~ Love Burt Bacharach~ (2010)
John Zorn - Love albums (Tzadik)
Low - Everything, again & again
Ornette Coleman - Science Fiction (1972, Columbia)
Rien - 3 (2010, Amicale Underground)
Sam Amidon - I See The Sign (2010, Bedroom Community)
Seefeel - Quique (1993, Warp)
Simon Scott - Navigare (2009, Miasmah)
Talk Talk - Laughing Stock (1991, Polydor)
The Sight Below -It All Falls Apart (2010, Ghostly)
Tim Hecker - Discography
Vowels - The Pattern Prism (2009, LOAF)
Willits+Sakamoto - Ocean Fire (2007, 12k)
 

et aussi 12k, Pantha du Prince, Majeure, Mice Parade, Nadja, John Adams, Kaija Saariaho, Claude Debussy, Phill Niblock


Autumnplay2009
 
Ben Frost - By the Throat (2009)

 
Christopher Willits - Surf Boundaries (2006)


Cornelius - Sensuous (2006)


HTRK - Marry Me Tonight (2009)


Jim O’Rourke - The Visitor (2009)


Factory Records - Boxset


Lawrence English - Kiri No Oto (2008)


Nine Horses - Snow Borne Sorrow (2005)


Oceansize - Home & Minor (2009)


Pan American - Discography
Robert Wyatt - Discography


School of Seven Bells - Alpinisms (2008)


Touch Label - Touch Radio


Triosk - The Headlight Serenade (2006)


The Sight Below - Murmur (2009)






 

Playlist Février/Mars 2009
Alex Machacek, Jeff Sipe, Matthew Garrison - Improvision (2007)

Bat For Lashes - Two Suns (2009)


Charles Mingus - Mingus Mingus Mingus Mingus (1963)
Cult of Luna - Salvation (2004)


Docteur Death - Various Death Tunes


Fever Ray -Fever Ray (2009)


Irepress - Sol I Sea (2009)


Isis - Wavering Radiant (2009)


Fredrik Thordendal’s Special Defects - Sol Niger Within (1997)


La Fondation Phénix - La Fondation Phénix (2009)

  Meshuggah - Catch 33 (2005)


Sonic Youth - Washing Machine (1996)


Stéphane Lambert - Bilop (2007)


Tim Hecker - Harmony In Ultraviolet (2006)


The Shipping News - Flies The Field (2005)


Zombi - Spirit Animal (2009)

Playlist Janvier 2009
Alva Noto & Ryuichi Sakamoto - Vrioon (2002)


Bed - Spacebox (2003)


Bohren & Der Club of Gore - Discography


Cynic - Traced In Air (2008)


Dalëk - Gutter Tactics (2009)


Kaki King - Dreaming of Revenge (2008)


Kangding Ray - Automne Fold (2008)

 
K-the-i ??? - Yesterday Today And Tomorrow (2008)


Laïka - Silver Apples Of The Moon (1996)


Mats/Morgan Band - Live (2001)


Mogwaï - The Hawk Is Howling (2008)


‘O’Rang - Herd of Instinct (1994)


Silo - Instar (1998)


Skuli Sverrisson - Seria (2006)


Tim Hecker - An Imaginary Country (2009)


The Field - From Here We Go Sublime (2007)


The Sight Below - Glider (2008)


Tulsa Drone - No Wake (2004)

Playlist Autumn 2008
Blonde Redhead - 23 (2007)


Camberwell Now - All’s Well (1986-87)


Charles Mingus - Mingus Moves (1974)


Coprofago - Unorthodox Creative Criteria(2005)
Deerhoof - Offend Maggie (2008)
Enablers - Tundra (2008)
La Fondation Phénix - evil rough mixes (2008)
Labradford - Mi Media Naranja (1997)
Lars Horntveth - Kaleidoscopic (2008)
Steve Moore - Vaalbara (2008)
Syd Matters - La Question Humaine OST (2007)
Talk Talk - discography
The Dears - Missiles (2008)

 

Playlist Summer 2008   Bar Kokhba - John Zorn’s Lucifer (Book of Angels Volume 10) (2008)
Beth Gibbons & Rustin’Man - Out of Season (2002)
Broken Social Scene - Broken Social Scene (2005)
Cliff Martinez - Solaris (2002)
Grails - discography
Guapo - Elixirs (2008)
King Crimson - Beat (1982)
Made Out of Babies - The Ruiner (2008)
Omar A. Rodriguez-Lopez - discography
One Day as a Lion - EP (2008)
Secret Chiefs 3 - John Zorn’s Xaphan (Book of Angels Volume 9) (2008)
Squarepusher - discography
Talk Talk - Spirit of Eden (1989), Laughing Stock (2001)
Tang - Another Thousand Days, Out of this World (2006)
The Evpatoria Report - Maar (2008)
Ulver - Perdition City (2000)
Zombi - Surface To Air (2007)

 

Playlist Juin 2008
Bat for Lashes - Fur & Gold (2006)
Beastie Boys - To The Five Boroughs (2004)
Brand X - Unorthodox Behaviour (1976)
Elephant9 - Dodovoodoo (2008)
Elysian Fields - The Dreams that Breathe Your Name (2003)
Grails - Take Refuge In Clean Living (2008)
Mouth of the Architect - The Ties that Blind (2006)
Overmars - Born Again (2007)

Radiohead - In Rainbows (2007)

Sleeping People - Growing (2007)


The Divine Comedy - Regeneration (2001)

 

Playlist May 2008
Madlib - Shades of Blue (2003)

Steve Von Till - A Grave Is A Grim Horse (2008)
Kayo Dot - Blue Lambency Downward (2008)
Cult of Luna - Eternal Kingdom (2008)
Swell - South of the Rain and Snow (2008)
Portishead - Third (2008)
Gregor Samsa - Rest (2008)
Nine Inch Nails - The Slip (2008)

 

Playlist April 2008
The Drift - Memory Drawings (2008)
1980 - 1980 (2007)
Glowworm - The Coachlight Woods (2008)
Textures - Silhouettes (2008)
The Notwist - The Devil, You + Me (2008)
Swans - The Great Annihilator (1995)
Swell - Too Many Days Without Thinking (1997)
Maserati - Inventions For The New Season (2007)
Pinback - Autumn Of The Seraphs (2007)
King Crimson - Discipline (1981)

Meshuggah - obZen (2008)
Retribution Gospel Choir - s/t (2008)

nowplaying #001


False - False (Minus, 2007)

Peu importe l’alias, Matthew Dear parvient à me séduire sur des terrains où la plupart des artistes m’ennuient. Sous la bannière de False, Dear offre une techno minimale qui s’efforce de donner le maximum et ne vous lâche à aucun instant, une heure durant. A écouter sur un bon système, assez fort, pour profiter des effets de profondeurs dont regorge cet album.

Ces dernières semaines…



Attilio Novellino
- Through Glass (2012, Valeot)
musique pour traverser la matière.


Autistic Daughters - Uneasy Flowers (2008, Staubgold/Kranky)
musique folk pour voler au dessus d’un nid de coucou.


Dean McPhee - Son of the Black Peace (2011, Blast First Petite)
musique pour réfléchir avec ton coeur.


Benea Reach - Alleviat (2008, Tabu)
musique juvénile norvégienne submergée immersive.


Coppice Halifax / Submersion - Dilate / Erode (2012, Milieu)
musique répétitive pour la dilatation et l’érosion.


General Strike - Danger Island (1984, Touch)
musique insulaire périlleuse pour chaise longue.


Kane Ikin - Contrail (2012, 12k)
musique pour la magie blanche.


Meshuggah - Koloss (2012, Nuclear Blast)
musique pour apprendre à compter en suédois.


Neil Young - After the Goldrush (1970, Reprise)
musique pour le karaoké perpétuel.


Oren Ambarchi - Audience of One (2012, Touch)
musique pour être en haut de ton top 2012.


Phill Niblock
- Touch Strings (2009, Touch)
musique pour fondre la matière grise.


Snowman - The Rat, the Horse and the Swan (2008, Dot Dash)
musique pour soirée en solo dans la cave.


WhoMadeWho - Knee Deep / Brighter (2011-2012, Kompakt)
musique pour soirée en solo sur le dancefloor.


Willits + Sakamoto - Ocean Fire (2007, 12k)
musique de la vie.

2012, le commencement.

Il faut commencer ses tops de plus en plus tôt, voici donc le top 2012 au jour d’aujourd’hui… Plus sérieusement, quelques beaux disques pour commencer l’année.


Oren Ambarchi - Audience of One


Kayo Dot - Gamma Knife


Kane Ikin - Contrail


Radere - I’ll Make You Quiet


Tindersticks - The Something Rain


Hervé Moire - Mirages de Loire


Matthew Dear - Headcage EP



Marcus Fischer - Collected Dust

2011 en 33 disques.

33 disques pour 2011. Dans cet ordre, mais pas nécessairement.


Tim Hecker
- Ravedeath, 1972 (Kranky)


HTRK - Work (work, work) (Ghostly International)


The Psychic Paramount - II (No Quarter)


Textures - Dualism (Nuclear Blast)


Implodes - Black Earth (Kranky)


Illuha - Shizuku (12k, 2011)


The Haxan Cloak - The Haxan Cloak (Aurora Borealis)


Colin Stetson - New History Warfare Vol. 2 : Judges (Constellation)


Lawrence English - The Peregrine (Constellation)


Simon Scott - Bunny (Miasmah)


Jacaszek - Glimmer (Ghostly International)


Radiohead - The King of Limbs (XL)


Bonnie Prince Billy - Wolfroy Goes to Town (Drag City)


Kangding Ray - OR (Raster-Noton)


Ohayo - The State We Are In (Hapna)


Fennesz - Seven Stars (Touch)


Liturgy - Aesthethica (Thrill Jockey)


Julianna Barwick - The Magic Place (Asthmatic Kitty)


Stephan Mathieu - A Static Place (12k)


Thundercat - The Golden Age of Apocalypse (BrainFeeder)


Andy Stott - Passed Me By (Modern Love)


Nils Frahm - Felt (Erased Tapes)


Charles Eric Charrier - Silver (Experimedia)


Enablers - Blown Realms and Stalled Explosions (Lancashire&Somerset)


Miracle - Fluid Window (House Anxiety)


Juv - Juv (Miasmah)


Earth - Angels of Darkness, Demons of Light 1 (Southern Lord)


Taylor Deupree + Marcus Fischer - In A Place of Such Graceful Shapes (12k)


Jonny Greenwood/Nico Muhly/Richard Reed Parry - From Here On Out (Analekta)


Bon Iver - Bon Iver, Bon Iver (4AD/JagJaguwar)


Low - C’mon (Sub Pop)


Puzzle Muteson - En Garde (Bedroom Community)


Grouper - A I A (self-released)


Locrian - The Cleaning (Fan Death)



une playlist, automne 2011


42° 14’ 40” N, 03° 06’ 42” E

Alva Noto - Xerrox Vol.2 (2009, Raster-Noton)
musique pour l’amour digital.

Andy Stott
- Passed me by (2011, Modern Love)
musique pour célébration contemporaine objective.

Bonnie ‘Prince’ Billy
- Wolfroy Goes to Town (2011, Drag City)
musique pour feu de cheminée.

Illuha
- Shizuku (2011, 12k)
musique pour illumination nippone.

Jacaszek
- Glimmer (2011, Ghostly)
musique baroque 2.0.

Locrian
- The Clearing (2011, Fan Death)
musique pour faire le vide dans la cave.

Lovelock
- Singles
musique pour lamorghini countach.

Memfis
- Vertigo (2011)
musique pour centrale électrique scandinave.

Nico Muhly/Jonny Greenwood/Richard Reed Parry
- From Here on Out (2011, Analekta)
musiques pour pupitres sensés et sensibles.

Nils Frahm
- Felt (2011, Erased Tapes)
musique pour piano de chambre à coucher.

Puzzle Muteson
- En Garde (2011, Bedroom Community)
musique pour falsetto délicat dans la cabane au fond des bois.

Simon Scott
- Bunny (2011, Miasmah)
musique pour regarder les nuages en forme de lapin.

Steve Hauschildt
- Geometry & Tragedy (2011, Kranky)
musique pour la sauvegarde de l’espèce synthétique.

Steve Reich
- WTC 9 11 / Mallet Quartet / Dance Patterns (2011, Nonesuch)
musique pour fanatiques du Reich.

Taylor Deupree + Marcus Fischer
- In a Place of Such Graceful Shapes (2011, 12k)
musique pour topographes romantiques.

Thundercat
- The Golden Age of Apocalypse (2011, Brainfeeder)
musique pour s’envoyer en l’air.

Walls
- Coracle (2011, Kompakt)
musique pour célébration contemporaine subjective.

Zombi
- Cosmos (2004, Relapse/Aesthetic)
musique pour mort-vivant zonant depuis 1980.

une playlist, printemps 2011


41° 37’ 55” N, 04° 44’ 57” W

Cela fait quelques semaines que je n’ai pas posté de playlist… Ceci n’en est pas vraiment une. Mais voici quelques restes de ce printemps :

Booker Little - Out Front (1961, Candid)
Une pépite découverte grâce au blog Le Morceau Caché de Mickaël Mottet (aka Angil). Un son légèrement cramé, une ambiance enfumée, des harmonies classieuses, un Max Roach parfait, de beaux thèmes qui restent en tête, et une certaine variété qui donne à ce disque une force et un relief qui permettent de l’aborder différemment à chaque écoute.

Charles-Eric Charrier - Silver (2011, Experimedia)
Superbe album d’un semblant de jazz claudiquant, un blues de braise, un courant électrique ralenti, une musique folklorique contemporaine intégrant des improvisations psychédéliques subtiles. Les grands espaces américains sont encore une fois fièrement représentés.

Dirty Three
Je passe un temps fou à écouter Dirty Three, toute la discographie. J’aime leurs non-dits, cet amour de la rouille et de la poussière, de la mer et du désert… J’aime leurs fables à dormir debout et leur romantisme de cowboy exacerbé. Vous êtes merveilleux.

Efdemin - Chicago (2010, Dial)
De la house minimale, répétitive, des basses profondes, une production assez chouette, tout ce qu’il faut pour que j’ai l’écoute un bon paquet de fois et que ça fasse bouger mon corps et le vôtre.

Implodes - Black Earth (2011, Kranky)
Mes deux albums préférés de 2011, pour le moment, sont sortis chez Kranky. Implodes propose un disque qui croise le Sonic Youth deuxième moitié des 80’s, le Fennesz d’il y a 10 ans, avec peu de Swans et un amour pour l’ambient, les drones et le shoegaze. Bon, c’est à la fois plus compliqué et plus simple que ça. Implodes va au-delà de ces assimilations et catégorisations faciles, ils ont vraiment un truc à eux qui vous prend du début à la fin de leur album. Impatient d’écouter la suite de ce projet.

Kangding Ray - OR (2011, Raster-Noton)
Un cran au dessus de son précédent album, OR est tout simplement beaucoup plus vivant. Plus de textures, des rythmiques plus puissantes et plus franches, des programmations qui vont à l’essentiel. Excellent job.

Liturgy - Aesthethica (2011, Thrill Jockey)
Ce groupe attaqué par les défenseurs du Black Metal cliché et adulé par une certaine presse hype avait a priori tout pour me repousser. Au final, une œuvre riche, finement écrite, très travaillée, qui vous essore, vous compresse et vous fait suffoquer. Une révélation lumineuse qui s’avère fatale.

Nat Baldwin - People Changes (2011, Western Vinyl)
Bassiste/Contrebassiste des très hypes Dirty Projectors, Nat Baldwin n’est pas très loin de son groupe tout en étant très personnel. Proche des DP de par son chant, son phrasé et sa voix qui se rapproche de ses efforts avec Dave Longstreth, et personnel par l’instrumentation boisée, acoustique et minimaliste. Sa contrebasse y est omniprésente, physique, grondante ou rassurante. Une demi-heure dans l’intimité de Baldwin, ce sont 30 minutes de fraîcheur nécessaires pour l’été.

Ohayo - The State We Are In (2011, Hapna)
Tout ce que j’aime. La simplicité et la délicatesse suédoise, des arpèges simples et subtiles tournent en boucle accompagnés de batterie caressée, de contrebasse chaleureuse et de cuivres soyeux. Ce qu’on retient d’un tel album, ce n’est pas un moment en particulier, pas une mélodie précise mais une ambiance feutrée, rassurante et quelque peu addictive.

Pantha du Prince
Au départ, je n’appréciais pas vraiment Pantha du Prince : trop lisse, des sons trop propres, trop homogènes… Et puis finalement, je me suis vraiment laissé convaincre par ses deux derniers albums, beaucoup plus riches que je ne le pensais. A écouter fort, en voiture.

The Psychic Paramount - II (2011, No Quarter)
Au départ, je n’appréciais pas vraiment The Psychic Paramount : trop brut, des sons trop sales, trop le bordel… Et puis finalement, je me suis vraiment laissé convaincre par ce dernier album, beaucoup plus produit et donc beaucoup plus efficace car révélateur de la beauté de The Psychic Paramount. La folie du free jazz interprétée par un trio noise rock répétitif de manière jouissive.

 Saåad - Pink Sabbath (2011)
Collègue toulousain, membre de I Pilot Daemon, Romain Barbot offre ici 17 minutes denses, sales mais lumineuses, vivantes, faussement statiques, vraiment extatiques. Je suis impatient de voir ça en live.

Mais aussi la dernière collaboration Alva Noto + Ryuichi Sakamoto chez Raster-Noton, le dernier Battles qui est à la fois énorme et fatigant, les albums d’Alexandre Navarro et Letna chez SEM Label, le dernier Kreng pas encore digéré, Lunes de Headdress (pour les fans de Barn Owl et Earth), Lena & the Floating Roots Orchestra, et pas mal de techno de chez Spectral Sound (Mark E en particulier). Mais encore : Paul Bradley & Colin Potter The Simple Plan (superbes travaux drones), State River Widening Cottonhead (Steve Reich part en promenade à la campagne anglaise), Slowdive Pygmalion (qui se bonifie avec le temps) et les derniers Tim Hecker, Swans, Radiohead et Enablers. Une fixation sur les deux tubes de Joe Dassin écrits par Toto Cutugno (“L’été Indien” et “Et si tu n’existais pas”) et “Careless Whisper” de Wham (à laquelle les spectateurs présents au Sonic le 8 juillet ont pu goûter à la fin de mon set. Je vous en prie).

Maintenant que l’été est là, il vous faut (re)découvrir cet album, mon disque parfait d’été (dont j’avais parlé un peu plus tôt)  :

Pour finir, toutes les playlists ont été mises à jour sur cette page.

une playlist, leftovers #6


40° 56’ 30” N, 00° 51’ 33” E

Une nouvelle playlist spotify… J’ai commencé de travailler sur un programme plus complet, que tout le monde pourra télécharger sans avoir à passer par Spotify, mais en attendant…

Allez hop, en vrac : le Stab City de Chris Herbert, un des meilleurs morceaux pour traverser une ville la nuit, malgré son titre. Un travail fantastique. Du piano avec un extrait du dernier Noto/Sakamoto, un morceau de Satie, un autre de Messiaen et un de Nyman. Ceux qui me connaissent savent pour Genesis et moi, donc voici un bon Man of Our Times, le sentiment de puissance de l’aube des 80’s. Les 80’s toujours, mais celles d’aujourd’hui, avec un kick dur et des synthétiseurs d’amour avec Lovelock (aka Steve Moore, Miracle-Zombie). J’ai également inclus l’introduction d’un de mes albums préférés de 2011, à savoir celle du Black Earth de Implodes. Un riff simple, évident et une sculpture du son abrasive et jouissive. Joe Dassin est là également, parce que j’ai été obsédé par certains titres du monsieur les derniers temps. Côté jazz (ou plutôt complétement à côté du jazz), Masada Guitars, Ithaca Trio, Milford Graves et Barre Phillips. Deux trois morceaux issus de la hype, comme toujours : cette fois-ci Jeans Wilder auquel je n’ai pas succombé mais dont un morceau m’a fortement séduit, façon ballade soul lo-fi, mais aussi Liturgy, contemporary black metal from Brooklyn, avec son épique, glorieux et oppressant Glory Bronze. Un souvenir de 90’s, un des premiers maxis que j’ai acheté, celui de Tricky, Broken Homes avec Pj Harvey (bon ok, après ceux de Kylie Minogue et Real 2 Real). C’était vraiment un truc étrange à l’époque, noir, sombre, à la fois minimaliste et oppressant, bancale, avec des voix hantées, celles Tricky et Pj mais aussi celles de cette chorale gospel. Plaid et T++ pour un peu d’électronique qui tape. You Fucking People Make Me Sick des Swans, certainement la meilleure intervention de Devendra Banhart depuis longtemps. Une petite reprise, comme j’essaye souvent d’en mettre, cette fois-ci Echoes de Pink Floyd repris et piétiné par Qui, ruine réussie. Someone to Love de Joseph Arthur, qui vient juste de sortir, mais que j’écoutais déjà il y a une dizaine d’années sur des bootlegs que j’échangeais par courrier avec une fan parisienne. Ce que fait Joseph aujourd’hui ne me parle plus vraiment, mais il y a toujours quelques pépites au milieu, celle-ci en fait partie. En parlant de pépite, une de dernière minute : Daylight Was Above Me de Ohayo, magnifique projet suédois avec un membre de Tape, encore plus beau car un peu moins enrobé…

Alessi Brothers - Seabird
Alva Noto + Ryuichi Sakamoto - Naono
Barre Phillips - Mountainscape 5
Chris Herbert - Stab City
Ensemble - Disown, Delete
Erik Satie - Le Yachting
Fourcolor - Snow Petal
Genesis - Man of Our Times
Implodes - Open the Door
Ithaca Trio - Architecture and Quantum Physics
Jeans Wilder - Ligth Sleeper
Joe Dassin - Et si tu n’existais pas
Joseph Arthur - Someone to Love
Kangding Ray - Mirrors
Lena & the Floating Roots - Out of Sync
Liturgy - Glory Bronze
Lovelock - Don’t Turn Away (From My Love)
Masada Guitars - Hodaah
Michael Nyman - The Mood That Passes Through You
Milford Graves - Speaking of the Spoken
Ohayo - Daylight Was Above Me
Olivier Messiaen - Chant d’extase dans un paysage triste
Plaid - OI
Qui
- Echoes
Rechenzentrum - Tiefenscharfe
Swans - You Fucking People Make Me Sick
T++ - Voices No Bodies
The Berg Sans Nipple - Ghost
Tricky - Broken Homes
UNKLE (feat. Atlantique & Mark Hollis) - Chaos

Par ICI.

La playlist globale, contenant les leftovers #1 à #6.

une playlist, mars 2011


46° 08’ 07” N, 06° 25’ 49” E

Pas de surprises pour ce mois de mars, j’ai écouté des disques dont on a pas mal parlé ici et là sur la toile… Voici ce qui a le plus tourné.

Com Truise - Cyanide Sisters EP (2010, Ghostly)
Com Truise, de l’écurie Ghostly International (Matthew Dear, The Sight Below, Dabrye, Kate Simko, Twine, Gold Panda, on s’arrête là ?) a sorti cet EP d’une efficacité redoutable. Des beats qui claquent et des synthés qui tâchent, de l’amour en veux-tu en voilà. A écouter dans son cabriolet pour frimer.

Jefre Cantu-Ledesma - Love is a Stream (Root Strata, 2011)
Juste superbe, cet album porte parfaitement son titre : Un flot de son travaillé avec amour. Je suis impatient de le voir lors de son passage en Europe avec Barn Owl.

Julianna Barwick - The Magic Place (2011, Asthmatic Kitty)
J’ai mis un peu de temps à rentrer dans cet album, j’ai pourtant trouvé cela très beau et touchant dès la première fois… Mais c’est au fil des écoutes que cet album s’est révélé. Pour ceux qui ne la connaissent pas du tout, cette demoiselle construit sa musique quasiment uniquement avec des boucles de sa propre voix, parfois augmentées d’instrumentations minimalistes et discrètes. Il y a quelque chose de très méditatif et introspectif dans sa musique, la rapprochant de certaines musiques religieuses. Effectivement, magique.

Nicolas Dick - Une Belle Journée (2010, Les disques de Plomb)
Trois longues pistes en rayon de soleil, gorgées de guitares et de boucles sonores éblouissantes. Ce disque demande qu’on lui consacre du temps, mais il vous le rend bien.

Low - C’mon (2011, Sub Pop)
Autant commencer en disant que Low est un des dix groupes les plus importants dans ma vie. Les premières écoutes m’ont laissé un peu perplexe. Peut être la production, un poil trop gonflée et lisse, ou bien l’aspect un peu plus lumineux et sucré qu’à l’ordinaire. Il semblerait qu’Alan Sparhawk maîtrise mieux ses démons que par le passé, et cela se ressent et choque aux premières écoutes. Mais par la suite, on découvre dix titres riches en sensations et émotions, une écriture toujours aussi soignée, les harmonies vocales du couple Mimi-Alan qui sont leur signature, et quelques envolées parfaitement maîtrisées (les splendides $20 ou Done). I’m sick to death of LOW.

Grails - Deep Politics (2011, Temporary Residence)
Grails, groupe que j’aime énormément, mais pour qui chaque nouvel album était, pour moi, un peu plus faible que le précédent… Je suis tellement amoureux des deux premiers efforts du groupe que tout ce qui a suivi m’a semblé superflu, évoluant vers quelque chose de plus facile et moins personnel. Cet album ne me fera pas changer d’avis, mais on y retrouve un peu plus de retenue que sur les précédents albums au psychédélisme débordant, et ça fait du bien de pouvoir respirer à nouveau en écoutant leur musique.

LCD Soundsystem - 45:33 (2006, DFA)
LCD Soundsystem, groupe hyper hype controversé, est mort. J’ai vraiment pris du plaisir avec leur musique, et si 45:33 est un album à part, c’est un très bon condensé de ce que j’ai apprécié chez Murphy et ses amis. J’aime l’impression que laisse ce disque, la sensation qu’un groupe interagit avec un dj pour développer une pièce rafraîchissante, avec cet espace d’ambient disco funk qui trace sa route dans les airs…

Skuli Sverrisson - Seria II (2010, Seria Music)
Skuli Sverrisson, au-delà d’être bassiste de Laurie Anderson, Ryuichi Sakamoto, AlasNoAxis ou Blonde Redhead en studio, est un compositeur islandais dont la musique est tout simplement magique. C’est une sorte de compositeur folk islandais,
Ce deuxième album est une suite très logique au premier, très proche dans sa forme, dans ses sonorités, mais nous invite également dans certaines contrées simplement aperçues lors du premier voyage.

Swans - My Father Will Guide Me a Rope Up the Sky (2010, Young God)
J’ai mis plusieurs mois avant d’écouter ce disque, et d’un seul coup, BOOM ! C’est un peu la bande son de Galaxy Express 999, un train fantôme parcourant le far west de l’espace. Un sorte d’incantation rétro-futuriste électrique qui vous coupe le souffle par instants.

Tape - Revelationes (2011, Immune/Hapna)
Délicate surprise suédoise que cet EP. Tout ici est méticuleusement tissé, les suédois ont le sens du détail et de la précision. Un peu de gentillesse ne fait pas de mal.

Le dernier Aucan qui est pas mal du tout, toujours beaucoup de Bohren & der Club of Gore et de Barn Owl. J’ai également ressorti 2 albums de 2002, importants pour moi à l’époque, et toujours aussi bons 9 années plus tard, Geogaddi de Boards of Canada et Neon Golden de The Notwist.

une playlist, leftovers #5


43° 36’ 14” N, 01°26’ 57” E

Comme les précédentes playlists, leftovers #5 est composée de 30 morceaux, de passage depuis plus ou moins longtemps par chez moi. Comme toujours, ça s’écoute sur Spotify. Et comme d’habitude, il y en a pour tout le monde :

Adam Grenn & Ben Kweller - Kokomo
Aucan
- Heartless
Bernard Herrmann - Prelude/Rooftops (Vertigo)
Catherine - Whisper
Charles Mingus - Theme for Lester Young
Colin Stetson - A Dream of Water
Com Truise - Cyanide Sisters
Elliott Smith - Everything Means Nothing to Me
Fabio Orsi - Naked Trance
Gayngs - The Gaudy Side of the Town
Grateful Dead - Uncle John’s Band
Grouper - Disengaged
Helen Money - You Are Beautiful
Jacaszek - Elegia
James Taylor - You Can Close Your Eyes
Jean-Philippe Rameau - Acte 3 (Premier et deuxième air) d’Hippolyte et Aricie
John Barry - Countdown for Blofeld
Kate Simko - Who Needs Science ?
Antonio Vivaldi - Concerto RV493 pour basson en sol majeur
Laurie Anderson - My Right Eye
Miracle - The Visitor
New Model Army - Stupid Questions
Oren Ambarchi - Wednesday
Pascal Savy - Deconstructing Clues
Ray Lynch - The Oh of Pleasure
Slowdive - J’s Heaven
Solo Andata - Loom
Spitzer - Too Hard to Breathe
Telefon Tel Aviv - You Are the Worst Thing in the World
Time of Orchids - High Enthusiast

J’ai beaucoup voyagé les derniers temps, et plusieurs des morceaux ici présents me rappellent certains de ces moments sur la route. Everything Means Nothing to Me d’Elliott Smith me rappelle ma rencontre au petit déjeuner avec Julianna Barwick et Chelsea Wolfe au QG du festival Humanist Records, l’Acte 3 (Premier et deuxième air) d’Hyppolite et Aricie de Rameau me rappelle cette merveilleuse tournée avec la compagnie Trisha Brown (puisqu’extrait de la pièce L’Amour au Théâtre) tout comme Uncle John’s Band de Grateful Dead (utilisée pour un early work), les rafales glacées de Paris avec Grouper, les rues de Toulouse gorgées du soleil d’hiver avec Telefon Tel Aviv, Kokomo des Beach Boys repris par Adam Green et Ben Kweller dans la chambre d’hôtel avec mon roomate, etc.

Il y a aussi les morceaux qu’on m’a fait découvrir comme You Can Close Your Eyes de James Taylor (merci Tamara), le subtil concerto RV 493 pour basson en sol majeur de Vivaldi (merci Trionyx) ou les travaux au violoncelle de Helen Money (merci Maquillage&Crustacés). Il y a ceux que j’ai redécouvert comme Stupid Questions de New Model Army que j’avais oublié (Merci Nini) ou bien The Oh of Pleasure de Ray Lynch (merci Denis Tropical), souvenir d’une compilation new age écoutées sur les routes américaines il y a une vingtaine d’années. Autre souvenir de route de mon enfance, le son ultra US 90’s de Whisper de Catherine, trouvé sur une compilation Rock Sound qui aura eu une grosse influence sur moi.

Vous retrouverez aussi les expérimentations et univers de Solo Andata, Pascal Savy, Oren Ambarchi et Fabio Orsi. Et surtout, mon tube du moment, The Visitor de Miracle nouveau projet improbable et rétro futuriste de Steve Moore (Zombi, Lovelock, Gianni Rossi) et Daniel O’Sullivan (Guapo, SunnO))), Aethenor). Implacable et addictif, un Depeche Mode en vacances à Miami, revu par Zombi. Dans le genre synthétiseur qui tache, Com Truise, protégé Ghostly International, envoie du gras pour mon plus grand plaisir, et pour le votre aussi, je l’espère. Je voulais vous mettre un peu de George Michael, mais j’ai préféré vous mettre ce titre de Gayngs, peut être le seul que j’aime, mais terriblement sexy. Côté cinéma, un titre de John Barry (RIP) et un autre du très inspiré Bernard Herrmann que je continue de découvrir avec plaisir au fil du temps.
Pour finir, j’ai ajouté deux-trois titres d’albums sortis récemment comme celui des italiens d’Aucan que les lyonnais pourront voir sur scène à l’AfricanTape Festival fin avril ou bien celui du saxophoniste magicien Colin Stetson, récemment sorti chez Constellation, avec la participation de Laurie Anderson. Vous retrouverez également un titre de cette dernière, le délicat My Right Eye. Pour boucler la boucle, ses camarades de label chez Tzadik, Time of Orchids, vous offrent un gentil moment de folie comme je les aime.

Voilà, c’est PAR ICI. Et comme toujours, pour ceux qui ont loupé les épisodes précédents, CETTE PLAYLIST, contient toutes les playlists déjà parues (y compris celle-ci). Voilà, c’est fini pour cette fois, n’hésitez pas à m’envoyer des morceaux !

une playlist, janvier+février 2011


48° 11’ 28” N, 02° 46’ 02” E

Je me suis absenté quelques temps, mais sur les routes, j’ai profité des disques suivants en Janvier et Février :

Barn Owl - Ancestral Star (2010, Thrill Jockey)
J’associais très bêtement Barn Owl à un groupe de free folk psyché-chiant, heureusement pour moi qu’Arnaud Lemoine l’a chroniqué de le dernier Noise à m’a donné envie de l’écouter (de surcroit avec l’emploi de la formule americana drone désertique). Bref, nous sommes dans un futur proche, les T-1000 ont tout détruit, Dylan Carlson a quitté l’état du Washington pour le désert d’Arizona. Il est là, la nuit, sous les étoiles, au bord d’une carcasse de Delorean en feu, sa guitare et son ampli branché sur un vieux générateur poussiéreux. Voilà ce qu’est cet album, une espèce bande son à cheval entre un ultime Terminator qui aurait mal tourné et un livre de Cormac McCarthy.

Broadcast - The Noise Made by People (2000, Warp)
Tout le monde a été touché par le décès de Trish Keenan ce mois-ci, tout le monde y est allé de son témoignage et de ses remerciements… De mon côté, je souhaiterai simplement partager, avec tous ceux qui n’ont jamais écouté Broadcast, cet album qui me procure un sentiment de sécurité unique, une suspension du temps rassurante, enveloppante.

Destroyer - Kaputt (2011, Merge)
Les années 80, encore. Des cuivres cheesy, des solos de guitares avec flanger et chorus, des choeurs, des boîtes à rythmes et des synthés dégoulinants, plein de gimmicks qu’on sent venir dès les premières secondes des morceaux, tout un tas d’ingrédients pour verser dans la nostalgie des 80’s. Dan Bejar sort un album plutôt classe, un songwriting étrange et dérangeant, avec une apparence très superficielle derrière laquelle se cache des ambiances très soignées. Un disque qui paraît complètement à côté de la plaque, et pourtant, on en redemande toujours.

Earth - Angels of Darkness, Demons of Light (2011, Southern Lord)
Depuis Hex en 2005, je suis complètement accroc à la musique vénéneuse et répétitive de Dylan Carlson, à tous ces silences, toutes ces résonances, ces harmonies en suspension, ces notes parfaites, dispensées avec une certain classe américaine… Toujours la même chose et jamais la même chose.

Juv - Juv (2011, Miasmah)
Dernière sortie de ce label décidément fantastique, Juv est un prochain réalisé sur plus d’une décennie, utilisant principalement des murs de guitares comme sources sonores, les triturant pour donner une matière granuleuse, sauvage et poétique. En lisant cela, on peut se dire que c’est du déjà écouté 1000 fois, mais en consacrant du temps à ce disque, j’ai vraiment trouvé quelque chose de très beau et très personnel. Malgré la longue durée de l’album, j’ai souvent envie d’y revenir.

Miracle - Fluid Window (2011, House Anxiety)
Les deux flics à Miami partent en mission à Londres et rencontrent Depeche Mode dans leur studio en train d’écouter quelques disques de prog et de kraut. EP du moment, parfait. J’attends avec impatience la suite.

Mount Eerie - Wind’s Poem (2009, PW Elverum & Sun)
Je ne connaissais que le superbe et intrigant Mount Eerie de The Microphones… Je n’ai jamais trop poursuivi pour je ne sais quelles raisons, et encore une fois, j’ai eu tort.

Ous Mal - Nuojuva Halava (2010, Preservation)
Je me suis penché sur ce disque parce qu’élu album de l’année 2010 par The Silent Ballet. Nuojuva Halava est un album de free folk(lore) psychédélique finnois, très coloré, déstabilisant, dépaysant, assez unique en fait, très personnel. Et je crois que The Silent Ballet a eu raison de la placer en tête de son classement, non pas que j’en sois mordu à ce point, mais un travail aussi singulier mérite notre intérêt à tous.

Radiohead - The King of Limbs (2011)
Que dire ? Il y a toujours un peu d’appréhension puis de déception lors de mes premières écoutes des albums de Radiohead. Et puis ça finit toujours par me convaincre, même je dois avouer que celui-ci est moins marqué, comme si le groupe n’avait plus la même envie féroce de fraîcheur. Le groupe ne joue pourtant pas la redite, mais alors qu’autrefois il était en avance sur son temps, il est aujourd’hui très ancré dans son époque, se rapprochant d’influences très actuelles du groupe, Flying Lotus ou la scène dubstep anglaise par exemple. Les morceaux n’ont pas la même force mélodique que sur les précédents albums, et si cela peut sembler être une faiblesse aux premières écoutes, on s’habitue très vite au caractère vaporeux et furtif des compositions. Tout semble assez minimaliste, épuré, léger, comme des instantanés. J’apprécie donc beaucoup l’album pour le moment, tout en le trouvant moins bon que les 5 derniers. Avec le temps, cela changera peut être.

Taylor Deupree - Landing (2007, Room40)
Je me demande si ce n’est pas mon disque préféré de monsieur Deupree, en tous cas, je le recommande vraiment pour entrer dans son univers micro ambient, minimaliste en apparence, en apparence seulement.

The Invisible - The Invisible (2009, Accidental)
Produit par Matthew Herbert, ce trio anglais est régulièrement comparé à Tv On the Radio. Alors ok, il y a des ressemblances physiques, ok il y a quelques ressemblances soniques, mais The Invisible est beaucoup plus groovy, plus porté sur l’atmosphère, moins dans l’immédiateté. Et surtout, ces mecs savent vraiment écrire et jouer de la musique pop, sans sur-jouer. Addictif.

Tim Hecker - Ravedeath, 1972 (2011, Kranky)
J’attendais ce disque avec impatience, et je n’ai pas été déçu. Enregistré dans une église Islandaise avec Ben Frost, puis mixé par Hecker au Canada, Ravedeath, 1972 est assez différent des ses précédents albums. Il y a un voile épais et sombre de fumée, planant sur la quasi-intégralité de l’album, rendant l’expérience plus difficile qu’elle n’y parait. On perd très vite pieds au milieu des textures utilisées et des instruments lointains numériquement traités. Des mélodies lointaines sont trompeuses et nous attirent dans ce piège qui est au final assez intense et parfois épuisant. Mais le travail de l’artiste canadien est toujours aussi admirable.

Stephan Mathieu - A Static Place (2011, 12k)
Une des dernières sorties chez 12k, label de Taylor Deupree dont j’ai souvent parlé ici. Stephan Mathieu est un artiste sonore allemand assez prolifique, exposant ses installations partout dans le monde et sortant ses pièces sur les meilleurs labels qui soient. Sa dernière livraison est créée à partir des traitements numériques de disques 78tours de l’entre-deux-guerres. Des symphonies lointaines s’étirent à l’infini, les textures sont soyeuses et colorées, l’étant second garanti. Fortement recommandé.

Sinon, j’ai également apprécié Billy Gomberg + offthesky Flyover Sound, beaucoup écouté Chris Herbert dont j’aime de plus en plus les travaux, Composite de Pasture (de belles boucles usées, cotonneuses, oniriques), Sincere Void de Grasslung, La Siesta del Cipres de Federico Durand, Nils Frahm & Anne Müller 7fingers, Brian McBride The Disconnective EffectAlpha (souvenirs d’une sur-oxygénation involontaire), Grouper, Wiz Khalifa, Benea Reach

une playlist, leftovers #4


45° 56’ 01” N, 04° 02’ 03” E

Voici ma quatrième playlist spotify, leftovers #4. Que dire à part qu’il s’agit de 30 titres, que ça part dans tous les sens en couvrant une période partant des années 50 à 2010… Random, play, listen :

Antipop Consortium - Volcano
Apparat - Hailin From The Edge
Bvdub - Nothing From No One
David Bowie - Loving The Alien
Don Ellis - Open Beauty
Ergo - Different Arms
Everly Brothers - Let It Be Me
Former Ghosts - Dreams
Grouper - Hold
Julianna Barwick - Choose
Marcus Fischer - Cascada Obscura
Marcus Fjellström - Bis Einer Weint
Martin Denny - Akaka Falls
Mount Eerie - Stone’s Ode
Neil Young - I’ve Been Waiting For You
Ous Mal - Kumiseva
Peter Van Hoesen - Republic
Shannon Wright - Commoner’s Saint
Shipping News - Axons and Dendrites (live)
Swell - At Lennie’s
Talk Talk - Listening Wind
Taylor Deupree - Landing
The Alps - St Laurent
The Chap - Chalet Chalet
The Invisible - Jacob & the Angel
The Married Monk - Greyhound
The Redneck Manifesto - Rubber Up
The Young Gods - Blooming
Wiz Khalifa - Where Have You Been
Women - Locust Valley

PAR ICI !

Pour ceux qui ont manqué les épisodes précédents, il existe cette playlist qui les regroupe toutes en une (et compte donc 118 morceaux à ce jour).

2010


40° 55’ 52” N, 0° 51’ 25” E

Mes albums préférés de cette année 2010… Bien qu’ils soient présentés dans un ordre précis sur ma liste RateYourMusic (plus conséquente que celle ci-dessous), je dois avouer que je n’ai pas eu d’album préféré cette année et qu’il m’est difficile de les classer… Une bonne année malgré tout. Partagez les vôtres !

20 disques :

The Sight Below - It All Falls Apart (Ghostly)
Arkhonia - Trails/Traces (White Box)
Pantha du Prince - Black Noise (Rough Trade)
Oneohtrix Point Never - Returnal (Mego)
Richard A. Ingram - Consolamentum (White Box)
Kangding Ray - Pruitt Igoe (Raster-Noton)
Food (feat. Fennesz & Molvaer) - Quiet Inlet (ECM)
Loscil - Endless Fall (Kranky)
Marcus Fischer - Monocoastal (12k)
Rafael Anton Irisarri - The North Bend (Room 40)
Markus Mehr - Lava (Hidden Shoal)
Marcus Fjellström - Schattenspieler (Miasmah)
Erik K Skodvin - Flare (Sonic Pieces)
Tobias Hellkvist - Evolutions (Home Normal)
Olan Mill - Pine (Serein)
Taylor Deupree - Shoals (12k)
Infinity Body - Carve Out The Face of My God (PPM)
Philip Jeck - An Ark for the Listener (Touch)
Ben Frost - The Invisibles Soundtrack
Simon Scott - EVERYTHING HE RELEASED THIS YEAR


20 autres, sous un angle différent…

Foals - Total Life Forever (Sub Pop)
Rien - 3 (Amicale Underground)
Sufjan Stevens - All Delighted People EP (Asthmatic Kitty)
Sam Amidon - I See the Sign (Bedroom Community)
Cloudkicker - Beacons (self-released)
PVT - Church With No Magic (Warp)
Flying Lotus - Cosmogramma (Warp)
Oceansize - Self Preserved While the Bodies Float Up (Superball)
Trans Am - Thing (Thrill Jockey)
Shipping News - One Less Heartless to Fear (AfricanTape)
Steve Reich - Double Sextet / 2x5 (Nonesuch)
Dillinger Escape Plan - Option Paralysis (Season of Mist)
Kammerflimmer Kollektief - Wildling (Staubgold)
Mice Parade - What It Means to be Left-Handed (FatCat)
The Redneck Manifesto - Friendship (Trust Me I’m a Thief)
Shannon Wright - Secret Blood (Vicious Circle)
A Silver Mount Zion - Kollaps Tradixionales (Constellation)
Warpaint - The Fool (Rough Trade)
Actress - Splazsh (Honest’s Jon)
Nico Muhly - I Drink the Air Before Me (Decca/Bedroom Community)


TOP 6 LIVE


6/Ryoji Ikeda
5/Souvaris
4/Bohren & der Club of Gore
3/Ben Frost
2/Trans Am
1/Enablers

IMPATIENCE 2011

Earth - Angels of Darkness, Demons of Light 1 (Southern Lord)
Stephan Mathieu - A Static Place (12k)
Ben Frost's Solaris
Grails - Deep Politics
Tim Hecker - Ravedeath 1972 (Kranky)
Low - C’mon
Colin Stetson - New History Welfare Vol. 2 (Constellation)

une playlist, décembre 2010


41° 53’ 48” N, 03° 12’ 17” E

Brand X -
Unorthodox Behaviour (1976, Charisma)
Premier album de ce groupe britannique de fusion jazz-rock, et tout simplement un des meilleurs albums de Phil Collins derrière les fûts. Un groove terrible, des riffs inspirés et on ne verse jamais dans la démonstration.

Converge
- No Heroes (2006, Epitaph)
Ou plutôt, Grim Heart / Black Rose, slow hardcore épique, un brin émo, juste ce qu’il faut d’action et de tension pour créer une addiction et être écouté en boucle.

Ethan Rose
- Oaks (2009, Baskaru)
Comme beaucoup, j’ai découvert Ethan Rose à travers Paranoid Park de Gus Van Sant. Cet artiste américain joue avec les sons de manière particulièrement lumineuse et ouverte, se rapprochant de l’esthétique de 12k par exemple, mais de manière beaucoup moins environnementale et abstraite puisque les mélodies prennent une place plus importante.

Marcus Fischer -
Monocoastal (2010, 12k)
Ma sortie 12k préférée pour 2010. Monocoastal est comme un amalgame de résidus acoustiques d’instruments délicats et de field recordings de la côte ouest américaine. La matière générée sur ce disque est à la fois discrète et luxuriante. Les tons et résonances s’agencent progressivement pour donner vie à une forme sonore volatile, humide, très personnelle. Un très bon compagnon et complément au disque cité juste au dessus.

Marcus Fjellström - Schattenspieler (2010, Miasmah)
Superbe album sorti chez Miasmah, peut être celui qui se rapproche le plus de mon album préféré de ce label, L’Autopsie Phénoménale de Dieu par Kreng. Comme ce dernier, Schattenspieler est très cinématique, non pas dans le sens évocateur, mais plus dans sa réalisation, dans l’utilisation faites des différentes sources sonores qui semblent prendre vie telles des séquences filmées. Un véritable jeu d’équilibre (et de déséquilibre) entre samples, field recordings et pièces instrumentales savamment organisé. Vivement recommandé.

Nico Muhly - I Drink The Air Before Me (2010, Decca/Bedroom Community)
Excellent score pour la pièce de danse du même nom de Stephen Petronio, disciple de Trisha Brown et Steve Paxton. Une pièce qui s’étoffe du début à la fin, s’amplifie, se régénère et se réinterprète jusqu’à une sorte de climax qu’est Storm Center. La beauté de ce score réside dans le fait qu’il suggère réellement des images chorégraphiques fortes.

The Redneck Manifesto
- Friendship (2010, Trust Me I’m a Thief)
5 ans après I Am Brazil, je n’attendais absolument rien de ce groupe de math-rock irlandais que j’ai tant écouté par le passé. Cela n’a fait qu’amplifier ma surprise à l’écoute de cette album frais, fourmillant de très bonnes idées, en constante évolution, tout en restant dans un cadre assez classique mais efficace.

Voilà. Je n’ai pas trop eu le temps pour les découvertes ce mois de Décembre, mais j’ai également écouté les dernières sorties de Benoît Pioulard, Peter Broderick ou Maserati pas mal de Chris Herbert et Arkhonia.